Cinematographie.info: Posemètre / Spotmètre, toujours d'actualité ? - Cinematographie.info

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager

Posemètre / Spotmètre, toujours d'actualité ? Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Mathieu Touquet 

  • Groupe : Étudiant
  • Messages : 2
  • Inscrit(e) : 25 février 15
  • Lieu :Lille / La Rochelle
  • Profession :Étudiant - Image
  • Autre Profession :
    Électricien

Posté 25 février 2015 - 18:27

Bonjour à toutes et à tous.

Je suis nouveau sur le forum qui m'a l'air vraiment super et plein de choses pour l'auto apprentissage !

Je suis un jeune étudiant en BTS Audiovisuel Option Image, qui cherche à devenir Directeur Photo. J'aurai souhaité savoir si les DoP ici présents, utilisaient encore les posemètres / spotmètres sur les tournages en numérique (En argentique c'est une étape obligatoire ça c'est certain). Car à l'ère des zebras, des histogrammes et autres waveforms, ces outils sont-ils toujours d'actualité ?
J'ai effectué un stage en première année au Studio du Fresnoy, où le responsable du pôle prise de vue nous a habitué à travailler comme ça.
Ces outils restent-ils valables en condition de tournage (temps limité surtout) ?

Merci pour vos réponses !

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Nicolas Eveilleau 

  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre Professionnel
  • Messages : 355
  • Inscrit(e) : 20 mai 09
  • Lieu :Asnières-sur-Seine
  • Profession :Assistant Opérateur

Posté 28 février 2015 - 11:00

Bien-sûr ils sont toujours d'actualité. En soit, rien n'a changé : un spotmètre ou une cellule ne sont jamais que des instruments de mesure. En argentique, il appartenait au chef opérateur de savoir comment la pellicule réagissait en fonction de son exposition (mesurée par les outils sus-nommés), en numérique, c'est la même chose, il faut simplement savoir comment le capteur réagit en fonction de l'exposition (et certains chefs opérateurs choisissent de déléguer cette connaissance aux DIT)

Et en condition de tournage, ils sont au contraire bien plus efficaces. C'est plus rapide de lire une mesure sur une cellule que d'analyser un oscillo. Sans parler de ce que cette lecture implique : il faut forcément que la caméra soit déjà installée, que l'assistant ne soit pas en train de travailler dessus, que l'oscilloscope soit branché (ce qui implique aussi d'en avoir un donc matériel supplémentaire donc surcoût pour la production) Donc les électros ne peuvent pas avancer sans la caméra, pas d'affinage des prélights, etc.

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Philippe Brelot 

  • Voir la galerie
  • Groupe : Admin Principal
  • Messages : 1 406
  • Inscrit(e) : 14 janvier 09
  • Lieu :Paris
  • Profession :Directeur Photo / Chef-Opérateur

  • CST

Posté 02 mars 2015 - 16:44

Oui Matthieu, plus que jamais, d'abord pour construire ta lumière, ensuite pour ta caméra en numérique comme en pellicule !
Le capteur est comme le support photosensible chimique, il a une sensibilité nominale et tout ce que tu feras en lumière ou filtrage sera toujours en rapport avec cette sensibilité. Je dirais même qu'en numérique l'image doit être encore plus précisément "posée" qu'en pellicule car le capteur pardonne beaucoup moins et toute information qui n'est pas enregistrée à la prise de vue aura des conséquences amplifiées à l'étalonnage.
Comme te l'a très bien dit Nicolas les outils comme les Waveform, Oscillo, Moniteur et Vectorscope ne sont disponibles qu'une fois la caméra entièrement installée et praticable et sont là, surtout pour vérifier tes choix et alerter sur les limites.

(Ne pas oublier que ces appareils : cellule, spotmètre, thermo doivent être entretenus et régulièrement calibrés...)

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Mathieu Touquet 

  • Groupe : Étudiant
  • Messages : 2
  • Inscrit(e) : 25 février 15
  • Lieu :Lille / La Rochelle
  • Profession :Étudiant - Image
  • Autre Profession :
    Électricien

Posté 02 mars 2015 - 19:00

C'est bien ce que je pensais. Mon maître de stage était donc dans le vrai. Merci pour ces précisions.
J'ai du coup une deuxième question. Il existe plusieurs manières, de ce que j'ai vu, de déterminer la sensibilité nominale d'une caméra (les constructeurs sont souvent très approximatifs sur cette donnée), quelles conditions réunissez-vous pour réaliser le test de sensibilité d'une caméra ?

Bien à vous !

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Philippe Brelot 

  • Voir la galerie
  • Groupe : Admin Principal
  • Messages : 1 406
  • Inscrit(e) : 14 janvier 09
  • Lieu :Paris
  • Profession :Directeur Photo / Chef-Opérateur

  • CST

Posté 02 mars 2015 - 19:59

Oui Matthieu, chacun a sa méthode plus ou moins empirique, perso c'est charte et gamme de gris + spotmètre + oscillo...
Je compare le diaph affiché sur mon spotmètre et le diaph affiché sur la caméra pour arriver au niveau correct sur l'oscillo.

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager


1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)



Advertisement