Cinematographie.info: Multiplicité des caméras dans le tournage d'un film - Cinematographie.info

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager

Multiplicité des caméras dans le tournage d'un film Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Paul Cognet 

  • Groupe : Étudiant
  • Messages : 5
  • Inscrit(e) : 25 mars 11
  • Lieu :Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Profession :Assistant Opérateur

Posté 16 août 2012 - 00:31

Après avoir revu Drive, de Nicolas Winding Refn, et être tombé sous le charme de l'image de Newton Thomas Sigel, j'ai jeté un coup d’œil sur la page IMDb pour connaitre la caméra utilisée.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir le nombre de caméras différentes utilisées !

Voici la liste :
- Arri Alexa
- Canon 5D
- Weisscam HS-2
- Iconix HD-RH1

La Weisscam n'est pas une surprise, vu l'importance des ralentis dans ce film. Le Canon 5D m'a un peu surpris; est-ce pour sa faible profondeur de champs qu'il a été choisi ? Quand à l'Iconix (d'après une recherche rapide, c'est une petite caméra 1/3 de pouce tri-CCD), pour quels plans a t-elle pu être utilisée ? Pourquoi utiliser une caméra 1/3 de pouce, ce qui implique à ma connaissance une grande profondeur de champ, alors que tout le film est traité avec une faible profondeur de champ ?

La véritable question de ce sujet est : Comment les DP font pour monter dans un même film des images de caméras aussi différentes qu'une Alexa (capteur 35 mm), un 5D (capteur 24*36), et une Iconix HD-RH1 (capteur 1/3 de pouce), sans que la différence d'image ne soit visible à l'écran ?

Ce genre de multiplicité de caméras particulièrement différentes pour un seul film est-elle très répandue ?

Merci d'avance pour vos réponses.

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Eric Guichard 

  • Groupe : Administrateur
  • Messages : 204
  • Inscrit(e) : 12 janvier 09
  • Lieu :Paris
  • Profession :Directeur Photo / Chef-Opérateur

  • AFC

Posté 16 août 2012 - 11:57

En support photochimique, on peut citer "Babel" de A. G. Inarritu, "Carnet de voyage" de Walter Salles.
Ces deux films ont mélangé Super 16mm et 35 mm. Je suis sûr qu'il y a plein d'autres exemples.

La différence est visible sur un grand écran, pas vraiment sur une télévision ou un moniteur. Le rendu est volontaire dans les 2 cas cités, les D.P ne dissimulent pas la différence de matière mais bien au contraire en jouent.
Cf l'entretien d'Eric Gautier, AFC pour le film de Walter Salles.


#3 L'utilisateur est hors-ligne   Nicolas Eveilleau 

  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre Professionnel
  • Messages : 321
  • Inscrit(e) : 20 mai 09
  • Lieu :Asnières-sur-Seine
  • Profession :Assistant Opérateur

Posté 24 août 2012 - 15:59

Dès que tu as des situations particulières, tu ne peux échapper à l'utilisation de plusieurs modèles de caméras.
La très haute vitesse en est un parfait exemple, et les boitiers Canon font des parfaites Crash-camera puisqu'ils ne coûtent pas grand chose.

Par contre, si jamais le Chef-Op ne veut pas jouer la différence de style d'image mais qu'il fait ces choix par contraintes techniques, il faut prévoir un certain temps à l'étalonnage pour rendre le tout cohérent. Heureusement dans de nombreux cas, ces plans "à contrainte technique" sont souvent assez différents en soi, ce qui permet de faire passer le changement un peu mieux. Sur un film en RED ONE par exemple, nous avons été amené à tourner une scène sous-marine en Canon 5D, à cause des contraintes de caisson. Dans ce cas, le simple fait que la caméra soit soudainement sous l'eau amène un changement d'image suffisant pour que les différences choquent moins.

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager


1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)



Advertisement