Cinematographie.info: Les soucis d'Endemol - Cinematographie.info

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager

Les soucis d'Endemol 2,8 milliards d'euros de dette, bientôt la vente aux enchères ? Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Philippe Brelot 

  • Voir la galerie
  • Groupe : Admin Principal
  • Messages : 1 274
  • Inscrit(e) : 14 janvier 09
  • Lieu :Paris
  • Profession :Directeur Photo / Chef-Opérateur

  • CST

Posté 08 décembre 2011 - 20:18

Image attachée

Non, il n'y a pas que pour les laboratoires du cinéma que les temps sont difficiles, pour quelques "majors" de la télévision le temps se gâte...

Les créanciers d'Endemol veulent en prendre le contrôle ! La société Endemol International, fondée par John De Mol et Joop van den Ende en 1994, première société mondiale de production dans le domaines des jeux télévisés et du divertissement, rachetée en 2007 par trois sociétés Cyrte (société d’investissements qui gère une partie des fonds de De Mol), Médiaset (société de Berlusconi) et la célèbre Goldman Sachs, sera bientôt livrée aux plus offrants.

Les créanciers de la société de production néerlandaise, créatrice de la tristement célèbre téléréalité, comptent en prendre le contrôle en convertissant la dette en actions avant de la revendre aux enchères...

A quelques jours de l’échéance du 13 décembre pour trouver un accord sur la maxi-dette d’environ 2,8 milliards d’euros” d’Endemol, l’hypothèse de la conversion de la dette en actions se renforce parmi les créanciers, des fonds spéculatifs, les ‘hedge funds’”, comme Apollo ou Centerbridge. Avec cette solution, les créanciers se retrouveraient actionnaires majoritaires.

Endemol, société inventrice de téléréalités comme “Big Brother”, "Secret Story" ou “Star Academy”, est actuellement détenue par Mediacinco, société contrôlée conjointement par Mediaset et TeleCinco, sa filiale espagnole, la banque Goldman Sachs et Cyrte Investments, le fonds d’investissement de l’ex-fondateur de la société de production John De Mol, qui ont une part de 33% chacun.

L’offre de rachat déposée par Mediaset, le groupe de télévision italien contrôlé par Silvio Berlusconi, qui s’est allié pour l’occasion avec le fonds italien Clessidra, n’aurait donc “pas été prise en considération”, les créanciers la jugeant trop basse, tout comme celle de Timme Warner.
La société de production intéresserait “plusieurs colosses des médias européens ou américains”, dont le Britannique ITV ou l’allemand RTL.

Pier Silvio Berlusconi, fils du Cavaliere et vice-président de Mediaset, a déjà fait savoir que son groupe ne participerait pas à une vente aux enchères.

Toutes ces histoires de gros sous nous font rêver, non ?

(sources AFP / Nouvel Observateur / Il Sole 24 Ore)

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager


1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)



Advertisement