Cinematographie.info: Faut-il tourner nos films en mode RAW ? - Cinematographie.info

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager

Faut-il tourner nos films en mode RAW ? Louis Philippe Capelle S.B.C Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Philippe Brelot 

  • Voir la galerie
  • Groupe : Admin Principal
  • Messages : 1 263
  • Inscrit(e) : 14 janvier 09
  • Lieu :Paris
  • Profession :Directeur Photo / Chef-Opérateur

  • CST

Posté 07 juillet 2011 - 14:28

Faut-il tourner nos films en mode RAW et quelles en sont les implications ?

Image attachée

C'est la question que se pose Louis Philippe Capelle Directeur de la Photographie Belge (S.B.C) dans un très intéressant article sur le site de "The Belgian Society of Cinematographers".

Image attachée


Après un intéressant rappel des questions techniques que posent ce mode d'enregistrement et des différentes solutions présentes sur le marché, Louis Philippe Capelle nous propose quelques interrogations sur ce choix artistique, technique et économique :

"Les producteurs sont- ils prêts à payer le différentiel :
coût de tournage- copies- stockage sécurisé et se retrouver aussi avec une postproduction plus chère….
Les loueurs de caméras doivent-ils investir tout de suite dans un système d’enregistrement dont ils ne seront pas les principaux bénéficiaires ?
Les chefs opérateurs sont évidemment gagnants puisque l’image RAW traitée se rapprochera sans doute encore plus de l’image film qui reste pour beaucoup le modèle à atteindre.
Il y a certainement un avantage important pour les films à haute valeur ajoutée en postproduction, ceux dont la partie trucages numériques est importante, puisque la définition obtenue est supérieure et utilise pleinement la grandeur des capteurs.
Le matériel évolue vite, la communication est rapide : toute la profession est connectée sur internet et attend les nouveautés techniques avec une impatience et une exigence sans cesse croissante.
Pourtant les budgets des films ne suivent pas toujours cette course."


#2 L'utilisateur est hors-ligne   Olivier Madar 

  • Groupe : Membre
  • Messages : 50
  • Inscrit(e) : 31 août 10
  • Lieu :Asnières-sur-Seine
  • Profession :Réalisateur
  • Autre Profession :
    Photographe

Posté 08 juillet 2011 - 12:39

Au tout début de la Red, ce qui m'est apparu comme LA révolution ne tenait ni dans la résolution de l'image, ni dans le capteur, ni même dans le fait que le format soit un RAW, mais dans le RedCode lui-même. A mon sens, c'est la vraie force de la Red : ils ont attaqué le problème à la base, en commençant par créer un codec "future proof".
Et quel codec !! Une qualité superbe pour un poids vraiment très raisonnable (le RAW de la Red 4K pèse moins que le ProRes 2K). Les fabricants de beaux capteurs (Canon, Nikon, Sony,...) ont juste zappé cette étape.

Pour l'instant, même si le workflow RAW Red s'est sensiblement amélioré avec la Rocket, il faut quand même bricoler un peu avec des aller/retours au RAW pour finaliser, mais déja , aujourd'hui, ces RAW sont lus en quasi temps réel sur les timeline de Premiere, Avid et Vegas (hélas FCP X restera le grand absent pour quelque temps encore).

En 2008, travailler les RAW RedCode était une vraie punition (et cela en a dégouté surement plus d'un parmi vous) mais pour répondre à la question posée, il me semble qu'il faut compter sur 2 paramètres : d'un côté la loi de Moore qui double la puissance de traitement tous les ans et donc allège d'un facteur 2 le processus, de l'autre le marché qui peut porter ou pas un format propriétaire et peut donc très facilement aussi condamner une solution technologique propriétaire.

Je nuancerais donc la réponse en disant : "oui, il faut travailler en RAW, aussi simplement qu'en ProRes, mais encore faut-il choisir le bon RAW pour ne pas se retrouver dans une impasse techno ".


Olivier

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager


1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)



Advertisement