Cinematographie.info: Entretien avec Jean-Yves le Poulain - Cinematographie.info

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager

Entretien avec Jean-Yves le Poulain le "rêveur" d'Angénieux Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Laurent Andrieux 

  • Groupe : Membre
  • Messages : 1 397
  • Inscrit(e) : 12 janvier 09
  • Lieu :Valbonne 06
  • Profession :Directeur Photo / Chef-Opérateur
  • Autre Profession :
    Cadreur

Posté 26 mai 2011 - 14:25

Jean-Yves Le Poulain est opérateur est a été l’assistant des plus grands pendant plus de 30 ans. Une soixantaine de longs-métrages à son actif, dont « Cyrano de Bergerac », « Camille Claudel », ou encore « Mon Homme » de Bertrand Blier. Après des études de Physique puis d’opérateur à l’école Louis Lumière, Jean-Yves est particulièrement connu de la profession pour sa rigueur et ses connaissances en optique. Par ailleurs, il intervient à la Fémis et à Louis Lumière.

Depuis moins de deux ans, Jean-Yves a intégré le groupe Thalès au sein d’Angénieux, comme chef de produits.

Je le rencontre à Cannes à l’occasion de la présentation du nouveau zoom Optimo 45-120.

Image attachée

- Comment es-tu arrivé chez Angénieux ?

JYLP : Philippe Parain, PDG d’Angénieux, cherchait à restaurer la relation que l’entreprise entretenait traditionnellement – à l’initiative de Pierre Angénieux – avec les gens du cinéma, et recréer cette « interface ».
Pierre-William Glenn nous a mis en relation à l’occasion d’une intervention que je faisais sur un plateau de la Fémis et Philippe m’a proposé de venir travailler avec eux, au départ pour quelques mois et de fil en aiguille, on s’est rendu compte qu’on avait beaucoup de choses à faire ensemble !
Typiquement, il s’agit de revoir un certain nombre de paramètres sur les usages des objectifs et leur ergonomie, et de développer de nouveaux produits correspondant aux besoins des utilisateurs actuels.
Angénieux est une entreprise historique du cinéma, dont nous venons de fêter le 75e anniversaire et, malheureusement, peu d’entreprises françaises du secteur assument une telle longévité. Depuis environ deux ans, la marque connaît un essor remarquable.
Il s’agit donc d’imaginer, de « rêver » de nouveaux produits, raison pour laquelle je me considère un peu comme le « rêveur » d’Angénieux.
D’où, par exemple, le nouveau zoom 45-120, entre autres.

- Sur quels éléments es-tu intervenu dans la conception de ce zoom ?

JYLP : Les trois zooms ont le même poids, le même centre de gravité et le même encombrement, un même rapport de X 2,7. Les bagues de motorisation sont situées au même endroit sur les 3 optiques Lightweight pour passer très facilement d’un objectif à un autre, au Steadicam par exemple. Mais ce nouveau zoom a aussi des petits "accessoires" supplémentaires comme le fait de permettre au loueur de changer facilement les bagues pour des gravures en pieds ou en mètres, la présence d’un vrai filetage de 114mm en frontal pour y monter un filtre et de nombreux filetages pour des tiges.

Mais c'est surtout sur le choix de la plage de focales, qui permet à la focale la plus courte de faire un beau plan moyen, par exemple en début de plan-séquence, pour finir en très gros plan, avec une distance qui permet à l’opérateur de pouvoir assurer le challenge de ce type de plan, en lui laissant de la place pour la lumière. C'est donc un nouvel outil pour la mise-en-scène.
Et ce changement de valeur de plan peut donc se faire dans une dynamique forte, permettant à la mise en scène une rythmique plus enlevée que jusqu’à présent.
Le développement de la bague de point (310°), qui permet d’utiliser le « bokeh », c’est-à-dire la zone floue en dehors de la profondeur de champ, comme un véritable paramètre de mise-en-scène, ce développement permettant de l’utiliser à différents rythmes. Cette bague permet aussi à l’assistant opérateur de réfléchir le moins possible pour afficher des distances intermédiaires éventuellement non mesurées et quasiment instantanément, et donc de « coller » aux comédiens le plus possible et de regarder la bague de point le moins possible, pour être plus en corrélation avec l’action.

- Depuis un peu moins de deux ans, sur quels autres projets as-tu travaillé au sein d’Angénieux ?

JYLP : On a repris les bagues de point du 24-290 (en pieds et en mètres) en leur rendant une nouvelle ergonomie et une plus grande précision, adaptée au piqué de cet objectif remarquable.

Image attachée

Puis on a créé une nouvelle lentille accessoire pour le 15-40 et le 16-42 transformant le 15 en 11mm et le 16 en 12mm.

Image attachée

Nous avons aussi créé de nouveaux « multis », X 1.4 et X 2 « nouvelle génération » pour l’ensemble de la gamme Optimo, y compris les Lightweight 15-40, 28-76 et le nouveau 45-120.

Image attachée Image attachée

Nous avons aussi développé des DuoPacks pour les 16-42 et 30-80 appairés pour la prise de vues en 3D relief, qui ont beaucoup de succès.

Image attachée


Et bien sûr, nous avons des projets et de nouveaux produits en préparation, mais je ne peux tous les dévoiler…
Entre autres, nous développons un plateau laboratoire de test, "miroir" de celui de la CST, en Région Rhône-Alpes. Nous mettons donc ce plateau de tournage à Saint Héand à la disposition des professionnels débutants ou expérimentés de la Région, avec les objectifs Angénieux adaptés à leurs tests et projets.

C’est une autre façon de développer la proximité entre utilisateurs et concepteurs d’objectifs !

Les personnes intéressées peuvent d'ailleurs nous proposer leurs projets en nous écrivant à studio-pierre-angenieux«@»fr.thalesgroup.com (enlever les guillemets).

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas créer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre
  • Partager


1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)



Advertisement